Quelle école pour demain  ?

 

2656601_69c439d2-91b4-11e2-b2a4-00151780182c_545x341

Lille, Strasbourg, Lyon.... Des grandes villes dirigées par la Gauche ont choisi de repousser à 2014 la mise en place de la réforme sur les rythmes scolaires. Creil, qui opte pour 20013, doit-il servir de cobaye  ? Les 95 € promis par le gouvernement aux « bons soldats », à ceux qui dès la rentrée seront passés à la semaine de 4 jours et demi, ne peuvent justifier la précipitation. Recrutement d’éducateurs pour le périscolaire, organisation éventuelle d’un nouveau jour de cantine... la réforme à un coût. Pour l’ensemble de la population, puisque si la Majorité nous promet qu’il n’y aura pas de hausse d’impôts, il lui faudra forcément trouver des arbitrages. Qui parmi la population creilloise va trinquer  ? Hausse du chômage, baisse du niveau de vie, augmentation de la précarité... La ville de Creil qui souffre en cette période de crise doit-elle, dès à présent, amputer une partie de son budget pour une réforme dont la mise en place accélérée risque de se faire au détriment des enfants ? A Creil, 4900 enfants sont concernés. Demander aux parents de choisir entre le mercredi et le samedi n’est pas suffisant. N’aurait-il pas été plus judicieux, plus courageux, d’organiser un vrai débat, de construire un véritable projet autour des enfants et en concertation avec parents, enseignants et animateurs qui seront chargé d’assurer le périéducatif. Nos enfants sont notre avenir, ne les sacrifions pas.

 

Avec Creil pour Tous

Brahim-Belmhand, Anne-Marie Février, Sandrine Lefèvre et Philippe Machu.

 

A un an des élections municipales, trois élus ont quitté notre groupe. Nous les remercions pour le travail effectué et leur souhaitons une bonne continuation dans leur nouvelle orientation politique.