Les pouvoirs publics et les autorités officielles françaises n’apprécient pas le film “Welcome” sorti mercredi dernier sur les écrans et qui rencontre un très bon succès populaire.

welcome


























Le film raconte les difficultés rencontrées à Calais et lors des étapes antérieures par un réfugié kurde sans papiers qui veut se rendre en Grande Bretagne. Un maître nageur joué par Vincent Lindon lui vient en aide.

Mardi lors de l’émission “Ce soir ou jamais” sur FR3, Vincent Lindon et Eric Besson, ministre de l’immigration sont sur le plateau et les deux hommes ne cachent pas leur désaccord et leur agacement mutuel à se trouver façe à façe.

“je ne suis qu’un acteur”, attaquait Vincent Lindon faussement modeste, pour accuser ensuite le ministre d’appliquer des lois “inhumaines”, notamment celle qui condamne tout citoyen français s’il porte aide et assistance à un sans papier. “je n’ai pas votre talent”, répliquait le ministre, avant de “corriger” Vincent Lindon sur ce qu’il appelait ses “approximations”.

L’affaire s’est durcie samedi et dimanche dernier lorsque le metteur en scène Philippe Lioret et l’équipe du film ont décidé de projeter le film en avant-première le 27 Février dernier. “Ce film, je n’ai pas envie de le voir, car il va donner une image déplorable de la ville et de sa population. Personne ne prend en compte la population calésienne qui elle, n’a pas droit à 4 repas par jour. Notre population est en plus grande difficulté que les migrants. J’en ai croisé aujourd’hui : ils sont bien habillés, ont le téléphone et ils ont 4 repas. Et je rappelle qu’ils sont là VOLONTAIREMENT.”

C’est ce qu’a déclaré Natacha Bouchard, le maire UMP de la ville dans le journal “La Voix du Nord”. Le mot “volontairement” a suscité quelques protestations. Toujours dans le même journal, Philippe Lioret le metteur en scène déclarait vendredi : “Les clandestins de Calais, c’est l’équivalent des Juifs en 1943″ .

Réponse du ministre ce samedi sur RTL : “suggérer que la police française c’est la police de Vichy et que les Afghans en France sont traqués, c’est insupportable”.

Ce film va certainement relancer les débats en France sur l’immigration et le traitement des sans papiers.
Un acteur populaire et un film font souvent plus que des pétitions.